Noël approche à grands pas. Et si vous m'aviez demandé il y a quelques mois, je vous aurais raconté tous les jolis projets que j'imaginais faire - en vrac - pour ma mère, ma grand-mère, ma nièce, ma soeur...

Pour ma nièce, c'est chose faite coté tricot, mais finalement rien côté couture. Il reste un peu de temps, mais sérieusement... ça me semble compromis...
Pour ma mère et ma grand mère, ça émergera peut être au moment de la fête des mères (rebaptisée pour l'occasion "Saint Glinglin").
Pour ma soeur, je guette patiemment un creux de charge...

De même, mes enfants attendent leurs nouveaux sacs à dos et commencent à s'habituer au doux son de ma voix leur rassérénant "je n'ai pas encore acheté de fermeture éclair". Quelle mauvaise mère, je vous jure...

Mais à côté de ça, il y a les petits projets qui prennent tout naturellement leur place en tête de liste. Par quelle mécanique ils y arrivent, je serais bien incapable de l'expliquer... Plus importants ? Plus urgents ? Plus stimulants ? Pas vraiment. Mais ils parviennent à se frayer un passage ni vus ni connus sur le podium.

Il y a 15 jours environ, ma voisine - celle avec la jolie robe - m'informe que sa fille a perdu le capuchon que j'avais tricoté pour elle il y a 2 ans. Coïncidence, j'avais tricoté ce capuchon en cette même période hivernale et ce petit projet marquait quasiment ma reprise du tricot après une bonne vingtaine d'années d'arrêt.

Bilan des courses : un capuchon bleu évanoui dans la nature, une petite voisinette les oreilles au vent et une grosse envie de remplacer le disparu par un confrère neuf.

Le cahier des charges est exigeant :
- Du rose. Adieu l'idée d'un confrère, on vise une consoeur. Princesse oblige.
- Pas de pointe de lutin, pas de queue à pompon, pas d'oreilles ni de z'yeus de bestioles pour égayer la chose. Non, du tout rond. À cet âge là, on sait déjà bien ce qu'on veut. Et aussi ce qu'on ne veut pas !
- Avec une fleur rouge sur le côté
- Un truc qui tienne le cou, avec un bouton si possible

Après le choc du rose - car il faut préciser que je n'aime toujours pas le rose - je commence à comprendre ce qu'on attend de moi :

"- Mais... tu veux... une CAGOoULE ???!"

Le gros mot est tombé. Une cagoule. THE truc pourri qui colle partout autour du visage, qui fout la honte à la récré et que nos chers parents nous forçaient à porter à l'école primaire. Une cagoule, quoi.

La mienne était marron-caca-boudin, côtelée-beurk, et mes parents surveillaient scrupuleusement à l'entrée dans la cour de l'école que je ne la virais pas en douce. Chose que je faisais très méthodiquement dès qu'ils avaient tourné au coin de la rue. Trop la honte ce machin, on a une réputation à tenir quand même ! Même au CE1 !

Je reprends mes esprits, et la demoiselle me répond :

"- Oui, une beeeelle cagoooule roooose !!!"

Arf. Ha bah zut alors.
Un peu désarçonnée, je respire un grand coup et lui répond avec toute la fausse certitude que je suis capable d'y mettre, l'ombre d'un maître Yoda inspiré par la Force planant sur moi :

"- Princesse, une belle cagoule rose tu auras." Mais, un coup bas pareil, ça fait mal quand même...

Sur ce, la porte d'entrée se ferme, et me laisse dans un embarras certain, avec des idées de cagoule-marron-caca-beurk sur laquelle se penche une fée magique bien décidée à la transformer en "beeeelle cagoooule roooose". Parce que je sens bien que de l'imagination, il va m'en falloir !

La cagoule-beurk à partir de laquelle je suis partie est celle-ci :

Sans titre-1

Bien naze, non ? Toutes mes excuses au designer de ce modèle. Il est bien conçu, mais il faut intégrer le fait que je suis sévèrement allergique aux cagoules.

Voilà donc ce que j'en ai fait :

DSCF0980

Laine Bergère de France Idéal - coloris Cyclamen
Laine Plassard POP 3 - coloris Rouge

Je peux la regarder en face sans que mes yeux saignent, donc c'est qu'on est plus proche de la capuche que de la cagoule.

DSCF0969

De profil aussi, elle passe le test. Mais à grands coups de modifications !! Tout d'abord, pas de point mousse, tout en jersey !
Ensuite, je n'ai pas prolongé les côtes tout autour du cou : j'y ai préféré des brides en jersey, liées par une cordelette et un bouton...

DSCF0981

... ce qui permet d'ouvrir et fermer la capuche. En passant, on casse l'"effet cagoule". Bien fait pour elle !

DSCF0982

J'ai terminé les côtes 2*2 par une finition "Jeny's surprisingly stretchy" du livre "Cast on Bind off" de Leslie Ann Bestor.

DSCF0978

Je ne voulais pas que les bords reviennent coller le visage, mais plutôt - à l'instard d'une capuche - que ces bords protègent les joues sans les toucher. Exit les côtes qui resserrent, remplacées par une bordure constituée :
- D'une bordure "côtes en zigzag" (pattern #29 du livre "150 bordures au tricot de Lesley Standfield), tricotée perpendiculairement à la longueur, bâtie sur des mailles relevées sur les bords et au dessus des côtes du cou.
- Quelques rangs de jersey dans la longueur, bâtis sur des mailles que j'avais préservées 1 rang sur 2 en faisant la bordure en zigzag
- Des picots contrastés rouge (pattern #3 du même livre)
- Encore des rangs de jersey pour faire une sur épaisseur à la bordure, la recouvrir et cacher les raccords de construction.

DSCF0976

Et enfin la déco. Fleur rouge crochetée en suivant le pattern #45 du livre "100 fleurs au tricot et au crochet" de Lesley Standfield. Feuille rouge aussi, pattern #54 du même livre.

DSCF0972

Voilà, c'est tout ! Je me suis bien creusée la tête pour ce modèle, les modifications étant un peu touchy. Mais au final, j'obtiens quelque chose que je peux offrir sans honte.

Peut-être même un peu de fierté d'y être arrivée, en fait :)